Le 14, 15 et 16 Octobre 2015 sera tenue la réunion annuelle de la Société Latino-Américaine de l’Économie Politique et Pensée Critique (SEPLA) au Méxique à l’occasion du dixième anniversaire de l’organisation.

Le but de la réunion est de discuter des principaux problèmes traversés par les pays d’Amérique latine et, après une décennie de travail en tant qu’organisation régionale d’économistes critiques, faire le point sur ​​les défis et les contributions de l’économie politique en Amérique latine dans une perspective inter- et pluridisciplinaire.

Après plus de deux décennies d’imposition du néolibéralisme en Amérique latine, avec des résultats dévastateurs pour notre peuple, les années 2000 ont marqué des changements majeurs dans les sphères politiques et économiques, donc l’accumulation de force et de puissance pour des mouvements sociales de résistance. Dans de nombreux pays de la région, les gouvernements ont eu à examiner cette nouvelle corrélation des forces, mais avec une forte hétérogénéité des politiques alternatives employées: des programmes économiques sociaux-démocrates à faible densité (Honduras, Guatemala, Paraguay, El Salvador, le Paraguay) par politiques neo-développementalistes (Brésil, Argentine, Uruguay, Nicaragua), à des programmes anti-impérialistes et pro-socialistes (Venezuela, Bolivie, Equateur et, bien sûr, Cuba).

Le changement politique en Amérique latine a donné un élan aux politiques progressistes et de réduction de la pauvreté par le biais de diverses combinaisons de l’expansion de la masse salariale et des salaires réels et des programmes sociaux de redistribution et de l’emploi, avec des résultats significatifs en termes de croissance économique et, surtout, de l’égalité et de justice distributive. En outre, il ya eu des avancées significatives, dans certains cas, à la complémentarité de la démocratie formelle avec des formes participatives de représentation populaire. Enfin, les aspirations d’intégration régionale menée par les Etats-Unis et son projet néolibéral se sont freinés, et ils ont mis en œuvre les bases de projets d’intégration régionale fondés sur la coopération et la solidarité internationales (ALBA, Sucre, la CELAC, UNASUR).

Sans aucun doute, la situation politique et économique internationale favorable a contribué à cette performance. Les prix relatifs à l’exportation de produits de base favorables ont aidé les balances commerciales de nombreux pays. Politiquement, l’implication politique et militaire intense des Etats-Unis dans d’autres régions du monde a supposé un palliatif à son intervention impérialiste en Amérique Latine.

Cet ensemble de tendances fait face à plusieurs défis, limites et contradictions: le  Intensification du caractère extractive ou neoextrativista dans les économies de la région, la tension de reprimarisation, ce qui limite les possibilités d’industrialisation et fixe des conditions au commerce extérieur, le manque d’emploi formel, de faibles niveaux des salaires comme part du revenu national, la pression du capital transnational dans la structure de production et leurs propres besoins d’accumulation, la exportation de grande flux de capitaux vers les pays centrales, le rôle de conditionnement des bourgeoisies locales dans le processus de changement, la portée limitée de la participation de l’État dans la production, et des limites plus élevées a la participation du public dans l’administration des entreprises publiques existantes, entre autres. Des ambiguïtés sur le caractère de classe ou populaires de certains gouvernements ont apporté un bon nombre de dilemmes pour la classe ouvrière et pour ses organisations. La présence de projets d’intégration régionale basé sur le libre-échange et sur une politique de subordination au nord demeure un risque que augmente des tensions de l’agenda, comme indiqué par l’Alliance du Pacifique.

Les années 2010 ont apporté des défis et des obstacles à la poursuite de la trajectoire politique et économique en Amérique Latine. Premièrement, la crise structurelle globale a changé le contexte international et a également atteint, quoique dans une moindre mesure, les pays latino-américains impliqués dans les processus de transformation. Deuxièmement, les tentatives continues de déstabilisation et le coupisme politique ont tendu à presenter une incidence plus élevée et une plus grande force en raison de l’épuisement des programmes économiques et politiques mises en œuvre, ainsi que de l’intervention impérialiste renouvelée dirigée par les Etats-Unis. À son tour, le conjoncture économique positif sur la base des termes de l’échange favorables pour la région a pris fin.

Par conséquent, les difficultés et les défis que les pays d’Amérique Notre visage sont multiples. D’une part, les déjà mentionnés concernant l’opposition politique, l’offensive impérialiste et les conditions économiques moins favorables. En outre, ils ont été placés dans le débat les limites des politiques anti-néolibérales nationales et / ou anti-capitalistes. D’autre part, il ont remis en question des tendances de la bureaucratisation des secteurs de l’Etat responsables pour effectuer les politiques économiques alternatives et de la nécessité d’un plus grand rôle et de pouvoir des organisations de travailleurs et des grands mouvements sociaux dans la préparation et le contrôle des politiques publiques ainsi que l’encouragement des formes de propriété collectives. En outre, les limites de la mise en œuvre des politiques économiques dans les Etats-nations ont été proposées, et la nécessité de renforcer les processus d’intégration régionale conjointes, pour transcender les frontières nationales, a été conçu.

On convoque a tous les chercheurs, enseignants, étudiants et intellectuels à participer à la Réunion de la SEPLA, à l’occasion de son dixième anniversaire

Contact: encuentrosepla2015@gmail.com

Page d’accueil du Rencontre: http://encuentrosepla2015.wix.com/ppal

 

https://i1.wp.com/sepla21.org/wp-content/uploads/2015/04/Revolución-Mexicana.png?fit=1024%2C789&ssl=1https://i1.wp.com/sepla21.org/wp-content/uploads/2015/04/Revolución-Mexicana.png?fit=150%2C150&ssl=1SEPLAAmérique LatineÉvénementsLe 14, 15 et 16 Octobre 2015 sera tenue la réunion annuelle de la Société Latino-Américaine de l'Économie Politique et Pensée Critique (SEPLA) au Méxique à l'occasion du dixième anniversaire de l'organisation. Le but de la réunion est de discuter des principaux problèmes traversés par les pays d'Amérique latine et,...Sociedade de Economia Política Latinoamericana